Usines ouvertes

Moulin de la Marche, un duo d’alternantes pour nous faire visiter l’usine

Les visites ouvertes au grand public ayant été suspendues pendant plusieurs mois en raison de la crise sanitaire, ce sont les alternant(e)s en communication d’Agromousquetaires qui ont pris en main l’animation de l’opération Usines Ouvertes. Nivine et Lolita, alternantes en communication au sein du Pôle Mer d’Agromousquetaires, nous font découvrir les coulisses de Moulin de la Marche.

Quel est votre parcours ?

Nivine Après une licence en action sociale, j’ai bifurqué vers un Master en Marketing, Communication et Digital à Vannes (MBway). C’est grâce à Angélique, ma camarade de classe, que j’ai eu l’idée de postuler chez Capitaine Houat, l’usine de transformation des produits de la mer d’Agromousquetaires.

Lolita De mon côté j’ai commencé par un BTS communication à Rennes, avant de poursuivre avec un Bachelor en communication à Brest en alternance. Je suis maintenant en Master Communication 360 à Rennes, en alternance pour Agromousquetaires.

Quelles sont vos missions au sein d’Agromousquetaires ?

Nivine Nous sommes toutes les deux rattachées au Pôle Mer, mais dans des unités de production différentes. Pour ma part je suis rattachée à Capitaine Houat et basée à Lorient Lanester.

Lolita Je suis pour ma part rattachée à Moulin de la Marche, à Châteaulin. L’usine faisait auparavant partie de la filière Traiteur et Surgelés, mais elle a rejoint récemment le Pôle Mer.

Nivine Notre mission est essentiellement interne ; il s’agit de participer à l’information des collaborateurs du Pôle Mer, en relation avec la Direction de la Communication Agromousquetaires. Nous avons des demandes ponctuelles de la part des différents services : informatique, sécurité, qualité et RH pour créer des supports de communication.

Lolita Ces supports peuvent être des affiches, des vidéos, des présentations… Nous participons aussi à la conception de newsletter, pour le Pôle Mer ou au niveau du groupe. Nous avons des missions en commun, mais aussi propres à l’unité de production dont nous dépendons.

Nivine Plus largement, nos missions nous permettent de renforcer l’appartenance des unités de production au Groupement. Nous avons l’opportunité d’échanger avec les autres usines et alternant(e)s lors des Comités de Pilotage Communication sur des projets transversaux.

Lolita Ça nous permet d’appréhender l’étendue du groupement, pas toujours bien perçue, et de transmettre les informations aux collaborateurs de notre pôle.

Qu’est ce qui vous plaît dans le projet Usines Ouvertes ?

Nivine Faire découvrir les coulisses des usines au grand public est un projet très stimulant, ça montre qu’on n’a rien à cacher !

Lolita Ce n’est pas commun d’ouvrir les portes d’une usine de production agroalimentaire. Cela répond à la demande de transparence des consommateurs mais aussi des collaborateurs, qui sont fiers de montrer leurs métiers et expertises.

À la suite du tournage, avez-vous des conseils à donner aux prochain(e)s « guides de visite » ?

Nivine Participer au projet nous a permis de passer de l’autre côté de la caméra, d’habitude on gère la production de vidéos sans y participer !

Lolita Le conseil serait de ne pas chercher à « en faire trop », ni en amont ni pendant le tournage. Il faut rester naturels, ne pas apprendre ses textes par cœur.

Nivine En revanche il faut vraiment maîtriser le parcours de visite et rester concentré(e)s le jour J, car un tournage reste intense, on a finalement assez peu de temps pour dire beaucoup de choses.

Lolita L’équipe de la DCI était là pour nous mettre à l’aise, on comprend mieux la façon dont sont créées les vidéos. Au final c’était vraiment une super expérience, le fait d’être deux a été un plus, on a bien rigolé en se maquillant dans la voiture, à l’abri du vent, entre les prises… c’est ça aussi, un tournage, savoir improviser !