Usines ouvertes

Visites en vidéo : les alternants à la manœuvre !

Angélique, alternante en communication au sein d’Agromousquetaires, revient sur sa participation au projet Usines Ouvertes.

Ce sont désormais les alternants en communication qui présentent en vidéo les coulisses des unités de production (UP) Agromousquetaires.

Quel est ton parcours ?

Je suis originaire de Ploërmel, et j’ai d’abord obtenu une licence économique et sociale option sciences politiques, car j’ai toujours été intéressée par le journalisme et l’information. J’ai donc poursuivi par une licence en sciences de l’information et de la communication à Vannes, option journalisme et médias sociaux, et je suis actuellement en 2ème année de Master en marketing et communication digitale, toujours à Vannes. J’ai pu toucher à plein de domaines, des médias sociaux à l’évènementiel, me former à de nouveaux modes d’information comme les podcasts, avec toujours un objectif : répondre à ma grande curiosité !

Qu’est-ce qui t’a menée chez Agromousquetaires ?

Ploërmel, c’est la ville d’implantation des Celluloses de Brocéliande, l’unité de production d’Agromousquetaires qui fabrique les couches pour bébé de la marque Pommette, distribuée dans les magasins Intermarché. Il se trouve qu’un membre de ma famille y travaille. J’ai toujours eu un intérêt pour le monde industriel, avec cette envie de comprendre comment sont fabriqués les produits du quotidien.

J’ai eu l’opportunité d’effectuer mon alternance aux Manufactures du Château, tout en étant basée à Ploërmel – c’est l’avantage d’Agromousquetaires ! – et je suis maintenant chargée de communication pour tout le « pôle circulaire », qui regroupe les filières « non alimentaire » et « valorisation » du Groupement Les Mousquetaires. Là aussi, j’apprécie de découvrir les coulisses d’un groupe principalement connu pour sa filière agroalimentaire… mais qui fait aussi des produits non alimentaires !

Quelle est ta mission pour Agromousquetaires ?

Deux semaines sur trois – car je suis toujours en alternance -, je gère la communication de ce « pôle circulaire ». Il rassemble 9 unités de production très diverses, qui fabriquent  à la fois des  vis et des boulons, des bouquets de fleurs, des couches pour bébé, ou du biodiesel !

Je me déplace fréquemment dans les différentes usines où je rencontre des profils très variés. C’est un pôle atypique au sein d’Agromousquetaires, avec des produits et des façons de travailler très différents.

La mission est vaste. Elle s’articule autour de trois axes : la communication interne, la création de liens entre les unités de production, et le rayonnement externe d’Agromousquetaires et de ses UP. Il y a de donc de quoi faire !

 

Comment t’es-tu intéressée à Usines Ouvertes ?

Dès le début de ma mission, on m’a présenté le projet Usines Ouvertes qui m’a immédiatement enthousiasmé. Ce site répond bien au besoin d’information et de transparence des consommateurs dont je faisais partie.

L’idée de confier la présentation des UP aux alternants en communication est une super opportunité pour apprendre. Cela donne aussi un nouveau souffle au dispositif ! L’idée, c’est vraiment d’être spontané, de se mettre dans la peau d’un visiteur qui découvre l’usine pour la première fois.

Pour moi, ce qui est important dans ce projet, c’est la rencontre, le partage avec les collaborateurs des usines, mais aussi avec tous ceux qui vont regarder les vidéos et découvrir les coulisses de fabrication. Il y a une vraie fierté d’appartenir à un groupe qui fabrique des produits du quotidien.

Et donc te voilà « présentatrice » en vidéo pour Estener !

Oui, ça s’est fait très vite, car ma responsable RH s’est rapidement mobilisée avec Jean-François Leblanc, le directeur d’Estener, qui nous a fourni le contenu nécessaire à la préparation des vidéos et mis en relation avec ses équipes. Quand j’ai su que j’avais l’opportunité d’être mobilisée sur ces vidéos, j’ai rapidement organisé une visite de l’usine, que je ne connaissais pas de l’intérieur, afin de repérer les lieux.

Ensuite nous avons organisé les tournages avec la Direction de la Communication Interne (DCI) d’Agromousquetaires. Deux semaines plus tard, me voilà au Havre en train de présenter l’usine depuis son sommet. Ça a été un vrai travail d’équipe au sein du pôle, avec la direction de la communication Agromousquetaires et la DCI.

Quel est ton retour sur l’expérience ? As-tu des conseils à donner aux alternant(e)s qui vont te succéder ?

Déjà, il faut savoir qu’au Havre, il y a beaucoup de vent… et un peu de pluie, mais on a réussi à passer entre les gouttes ! Plus sérieusement, c’était une très belle expérience. Je ne peux qu’encourager les autres à le faire et les rassurer.

Je conseille de visiter au moins une fois l’UP avant de s’y rendre pour le tournage ; pas seulement pour connaître le processus de fabrication car il faut se mettre à la place des gens qui découvrent l’UP dans la vidéo, mais pour rencontrer les gens sur place. Il faut impliquer un maximum de collaborateurs en amont du projet, et leur expliquer le dispositif Usines Ouvertes.

Mon conseil numéro 1 : impliquer un maximum de personnes, pour que tout le monde soit à l’aise avec l’idée d’un tournage, pouvant s’avérer intimidante au premier abord. Une fois que le projet est lancé, ça roule tout seul !

 

Une anecdote, pour finir ?

Un remerciement plutôt, à l’apprenti (il se reconnaîtra) qui est revenu spécialement pour le tournage. On a pu l’interviewer grâce à sa super réactivité !

J’ai maintenant hâte de découvrir d’autres unités de production d’Agromousquetaires présentées par les autres alternants !