Usines ouvertes

Usines Ouvertes par les alternants en communication Agromousquetaires

Alexandra, alternante en communication rattachée au pôle « bœuf » d’Agromousquetaires, revient sur sa visite de la Société Agroalimentaire de Guidel (SAG) dans le cadre de l’opération Usines Ouvertes.

Les visites ouvertes au grand public ayant été suspendues pendant plusieurs mois en raison de la crise sanitaire, ce sont les alternants en communication d’Agromousquetaires qui ont pris en main l’animation de l’opération Usines Ouvertes.

 

Bonjour Alexandra ! Quel est ton parcours ?

Bonjour ! Je suis actuellement en alternance à l’IPAC Bachelor Factory, dans le cadre d’un Bachelor 3 « Marketing, communication et publicité ». Originaire de Vitré, je connaissais la SVA, mais je n’avais pas conscience de son appartenance à un groupe agroalimentaire aussi étendu qu’Agromousquetaires ! C’est grâce à une annonce que j’ai pu intégrer l’équipe communication.

 

Quelle est ta mission au sein d’Agromousquetaires ?

Je suis rattachée à la direction de la communication d’Agromousquetaires, et je m’occupe du pôle « Bœuf ». Le pôle bœuf regroupe six unités de production, et j’ai eu la chance de pouvoir en visiter plusieurs. Avec 6 autres alternantes, nous nous répartissons les différents pôles. Ma mission est à la fois liée à la communication et aux ressources humaines, car il est nécessaire de mobiliser tous les collaborateurs. Concrètement, ce sont des missions variées, sur des supports digitaux, audiovisuels ou imprimés. Récemment, j’ai pu participer à la refonte de livrets d’accueil ou travailler sur des vidéos de présentation des résultats de la filière en interne.

Qu’est-ce qui t’a plu dans le projet Usines Ouvertes ?

Usines Ouvertes, c’est un projet qui mobilise tou·te·s les alternant·e·s, et il m’a immédiatement enthousiasmé car il est destiné aussi bien à l’interne qu’au grand public. J’ai particulièrement aimé rencontrer les collaborateurs et collaboratrices de la SAG, très fiers de présenter leur métier. Je pense notamment à l’échange très enrichissant que j’ai pu avoir avec Florence, qui part à la retraite après plus de 40 ans passés dans l’usine. Elle a vraiment envie de transmettre, elle était ravie de pouvoir parler de son parcours en vidéo. En résumé, c’est vraiment le contact humain qui m’a plu dans le projet.

Des conseils pour les prochain(e)s alternant(e)s qui vont endosser à leur tour le rôle de « guide » en vidéo ?

Tout d’abord, si c’est possible, se rendre sur le site en amont de la visite. C’est important pour pouvoir repérer les lieux, et ça permet de se concentrer durant le tournage sur le dialogue avec les personnes qui y travaillent. Je recommande de bien s’imprégner du contexte de l’usine en amont, mais pas d’apprendre son texte par cœur, il faut que ça reste un échange et une découverte. Nous avions discuté avec Angélique sur ce point en amont du tournage. L’équipe de tournage m’a également mise en confiance, c’est donc une expérience très formatrice que je recommande chaudement !

 

Une mission sans accroc, donc…

Sur un tournage, il y a toujours des imprévus à gérer. Nous avons été obligés de reporter la scène de la plage en raison de la météo, ce qui a décalé le planning prévu. Mais au final nous avons eu droit à un rayon de soleil.

Un dernier conseil… prévoir un pull supplémentaire ! Nous avons tourné une scène surprise dans une partie réfrigérée à -18°C, et pendant quelques minutes, j’ai un peu regretté de ne pas avoir pris un vêtement plus chaud !